Vous êtes victime d’un incident de sécurité ? Contactez notre CERT

14/04/2023

Cybersecurity Insights

Ethique & Intelligence Artificielle : Comment mettre en place une stratégie éthique durable ?

Les questionnements autour de l’Intelligence Artificielle sont de plus en plus présents au sein des entreprises qui peuvent être partagées entre l’envie d’exploiter au maximum le potentiel de ces nouveaux outils et la peur des risques qui y sont associés. Des projets réglementaires sont aujourd’hui à l’étude pour encadrer cette utilisation. Il est néanmoins nécessaire pour toutes les entreprises de se poser la question de leur stratégie d’éthique numérique : Pourquoi en avoir une ? Comment la mettre en place ? Quelles sont les obligations légales ? Enfin qui doit avoir la charge de la mise en place de la stratégie d’éthique numérique au sein de l’entreprise ?

Avant de pouvoir répondre à ces questions, il est important de bien comprendre la notion qui y est associée : l’éthique numérique.

Tout d’abord, le terme éthique comprend : l’« ensemble des principes moraux qui sont à la base de la conduite de quelqu’un »[1]. L’éthique numérique est donc l’ensemble des principes moraux qui sont à la base de la conduite à adopter dans l’environnement du numérique. A l’échelle d’une entreprise, c’est donc le cadre moral qu’elle s’impose et qui s’applique à l’ensemble de ses projets.

Le législateur européen ambitionne de proposer un cadre commun au travers d’initiatives réglementaires comme l’IA ACT[2] afin d’harmoniser les bonnes pratiques et rendre le marché européen plus compétitif sur la scène internationale.

Pour mettre en place une stratégie d’éthique numérique pérenne, il est important de commencer par mettre en place une veille pour suivre les évolutions réglementaires mais également les sujets d’actualités comme la promotion de la création d’un nouveau métier celui de : Digital Ethics Officer (DEO), Data Ethics Officer ou encore Délégué à l’Ethique Numérique en français.

Ce nouveau rôle n’est pour le moment pas directement imposé dans les propositions de texte de l’IA ACT mis à disposition par l’Union Européenne mais semble être la clef pour une stratégie éthique qui fonctionne.

De plus en plus d’entreprises créent ce nouveau poste aux responsabilités multiples : garant de la veille et de la conformité autour des sujets d’éthiques numériques mais également garant du respect des valeurs de l’entreprise, défini dans la stratégie éthique globale, pour chaque projet numérique.

Concrètement il doit savoir allier un savoir-faire juridique, éthique et technique pour optimiser les projets au maximum. Il apporte son expertise à un nouveau domaine celui de la gouvernance de l’Intelligence Artificielle. C’est un rôle transverse qui doit s’assurer que le cadre défini imprègne l’ensemble des services de l’entreprise.

Contrôler son cadre éthique, permet plus que d’éviter des sanctions juridiques et financières même si celles-ci seront inévitables sur le long terme sans une prise de conscience de l’importance du sujet. L’image de l’entreprise sera également inévitable impactée par une utilisation non raisonnée de l’Intelligence Artificielle : un abus pourra rapidement mener à une perte de confiance des clients. Un des exemples les plus concrets est celui du marketing digital, on observe de plus en plus de nouvelles applications de l’intelligence artificielle au service de la promotion d’un produit notamment pour le ciblage.

Une stratégie éthique durable devra prendre en compte l’ensemble des applications de l’intelligence artificielle au sein de l’entreprise, cela passera par une évaluation à 360 des outils utilisés, une analyse de risque spécifique axé sur les enjeux éthiques et la définition d’un corpus documentaire complet détaillant les pratiques autorisées et définissant des limites concrètes.

Une stratégie éthique est également un argument de communication non négligeable, elle permet de se positionner comme un acteur de confiance, conscient des risques liés aux outils qu’ils utilisent et prenant les mesures nécessaires à leur limitation.

Alia SAADI

Consultante Governance, Risks & Compliance

Voir les derniers Cybersecurity Insights

2 juin 2023
Le 24 mai 2023, le gouvernement Américain a publiquement attribué à la Chine une série d’attaques ciblant des infrastructures critiques situées aux États-Unis ainsi que sur l’île de Guam.
26 mai 2023
La Chine étant devenue un acteur incontournable du cyberespace, elle s’implique également dans l’élaboration d’un régime de protection des données.
4 mai 2023
Après quelques rappels de la Directive NIS 1, l'article présentera les évolutions attendues avec l'adoption de la Directive NIS 2 et sa date d'entrée en vigueur.
4 mai 2023
Cet article a pour objet de présenter les enjeux liés à la protection des données personnelles auxquels les régies publicitaires sont confrontées, et de présenter un processus de mise en conformité pour répondre à ces enjeux.
3 mai 2023
L'objet de cette fiche vise à vous aider à réaliser la transition vers un outil de mesure d'audience conforme au RGPD.
28 avril 2023
Le terme APT, Advanced Persistant Threat, désigne un type d’attaque perpétré par des groupes professionnels, opérant dans des structures banalisées, pilotées et financées par des États.
24 avril 2023
Cet article vise à présenter l’état du droit actuel de l’encadrement de l’intelligence artificielle par l’IA ACT. Comment les droits et les libertés des personnes physiques sont-ils garantis ?
18 avril 2023
Alors que la loi d’orientation et de programmation du ministère de l’Intérieur (ou LOPMI), a été adoptée le 24 janvier 2023, les débats parlementaires qui l’ont animée ont fortement relancé la question de l’assurabilité des rançongiciels, mais aussi de leurs paiements toujours plus nombreux en France.
11 avril 2023
Chaque personne et chaque organisation doit se préparer à surmonter et à réagir aux incidents de cybersécurité. retrouvez les fiches pratiques à télécharger.
10 avril 2023
Dans un arrêt du 8 mars 2023 (21-12.492), la chambre sociale de la Cour de cassation a fait primer le droit à la preuve sur le droit à la protection des données à caractère personnel, dans le cadre d’un litige prud’homal.