Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vous êtes victime d’un incident de sécurité ? Contactez notre CERT

24/01/2022

Cloud Insights

Vérifier les délégations Azure Lighthouse en Azure CLI sur une souscription

Cloud Insights

Pour vérifier des délégations Azure Lighthouse sur une souscription, il est possible d’utiliser les commandes suivantes :

				
					az login --tenant <tenant_uri>
az account set -s "<subscription_name>"
az managedservices assignment list
az managedservices definition show --definition <assigment_name>
				
			

Le résultat est peu lisible :

Mais il suffit de récupérer le champ « name » (au format uuid) de chaque délégation pour récupérer un résultat plus lisible.

La correspondance entre les rôles Azure et les roleID peut être retrouvée dans la documentation Microsoft : https://docs.microsoft.com/fr-fr/azure/role-based-access-control/built-in-roles

Ghassan STITOU

Ingénieur Cloud

Voir les derniers Cloud Insights

29 septembre 2023
Découvrez la solution SASE de Zscaler avec Benoit Vérove, Partner et Lead Security Integration chez Almond et Reda Nedjar, Principal Sales Engineer chez Zscaler au travers d'une démonstration technique au cœur de l'outil Zscaler Zero Trust Exchange™!
30 août 2023
Cette année, Almond est présent au Suisse IT Forum à Genève les 20 et 21 septembre prochain.
16 juin 2023
Le SASE en 7 min chrono : décrypter le SASE, sa fonction et ses usages. Pour y voir plus clair, nous vous proposons d’entrer en immersion dans les plateformes SASE des experts du secteur. Découvrons ensemble, la solution SASE proposée par Cato Networks. Joseph Fernando, SE Manager South EMEA, chez Cato Networks réalise une démonstration technique de la solution Cato SASE Cloud, au côté de Benoit Vérove, Partner et Lead Security Integration chez Almond.
2 juin 2023
Décryptez la technologie SASE, au travers d'une démonstration technique de la solution Harmony Connect proposée par Check Point.
9 mai 2023
Cette année encore, Almond est présent au Forum International de la Cybersécurité à Lille du 5 au 7 avril prochain, et animera un FIC Talk le jeudi 6 avril.
11 juillet 2022
La commande « vault token create -period=1h » crée un « child token » valable pour une durée d’une heure permettant de ne pas exposer directement votre token Vault.
26 avril 2022
Pour pouvoir faire de la supervision sur une instance PostgreSQL, il est nécessaire de créer un utilisateur de supervision à permissions restreintes.
11 avril 2022
Pour faire de la supervision sur une instance MariaDB, il est nécessaire de créer un utilisateur de supervision à permissions restreintes
30 mars 2022
Comment récupérer les instances disponibles à la réservation dans une souscription par région avec certains prérequis.
17 février 2022
Pour pouvoir faire de la supervision sur une instance PostgreSQL, il est nécessaire de créer un utilisateur de supervision à permissions restreintes.

Jour 5 : CTF #1 de l'avent

On complexifie le jeu pour ce jour #5 ! Notre équipe CERT vous propose aujourd’hui un petit challenge CTF à résoudre avant demain matin ! 

Retrouvez le challenge ici !

Jour 4 : Quel type d'attaque peut être qualifié de "triple extorsion" ?

  • Réponse 1 : Une attaque par ransomware
  • Réponse 2 : Une attaque par hameçonnage
  • Réponse 3 : Une attaque par déni de service
  • Réponse 4 : Une attaque par empoisonnement du cache DNS

Laïus explicatif : Le ransomware à triple extorsion est comme son nom l’indique une attaque durant laquelle les cybercriminels menacent de trois façons différentes leur victime.

  1. L’attaquant va demander une rançon à la victime pour qu’il puisse récupérer/déchiffrer ses données
  2. L’attaquant va demander une rançon pour ne pas publier / divulguer les données exfiltrées, il peut aussi demander une rançon pour un délai supplémentaire avant divulgation (retarder le compte à rebours)
  3. L’attaquant va mettre la pression à la victime pour augmenter les chances de paiement de la rançon via des attaques de type DDoS ou des appels téléphoniques, enfin il peut aussi demander des rançons aux victimes collatérales, dont les données auraient fuité indirectement dans l’attaque

Ce type d’attaque permet aux attaquants de maximiser le gain financier pour chaque victime, le ransomware étant déjà l’une des attaques les plus lucratives, il convient d’anticiper ce scénario et de s’en protéger convenablement.

Jour 3 : Parmi ces quatre choix, lequel définit le mieux ce qu’est l’ISO 27001 ?

  • Réponse 1 : Un standard listant un ensemble d’exigences relatives à la sécurité des systèmes informatiques d’une entreprise
  • Réponse 2 : Une norme listant un ensemble de bonnes pratiques permettant d’optimiser la cybersécurité au sein d’une l’entreprise
  • Réponse 3 : Une norme listant un ensemble d’exigences relatives à la sécurité des informations nécessaires à une entreprise
  • Réponse 4 : Un standard listant un ensemble de méthodes pour optimiser les pratiques relatives à la sécurité des informations utilisées par une entreprise

Laïus explicatif : L’ISO 27001 est une norme internationale, dont les entreprises peuvent se prévaloir en se faisant certifier par un organisme indépendant ; elle contient un ensemble d’exigences que chaque entreprise, quels que soient sa taille et son domaine d’activité, doit impérativement appliquer pour obtenir sa certification ; ses exigences constituent donc le référentiel des audits de certification. A ne pas confondre avec la norme ISO 27002 qui est constituée de recommandations, basées sur les bonnes pratiques internationales, permettant d’aider une entreprise à appliquer les exigences de la norme ISO 27001 (donc norme qui ne donne pas lieu à une certification).

Les exigences de la norme ISO 27001 portent sur les informations nécessaires à une entreprise, recueillies et/ou traitées, quel que soit son support, électronique, papier et oral.

Les trois critères de sécurité retenus par la norme ISO 27001 sont la confidentialité, l’intégrité et la disponibilité des informations. Tout événement, qu’il soit d’origine environnementale ou humaine, intentionnelle ou involontaire, impactant un de ces trois critères, relève de cette norme.

Jour 2 : Qu'est-ce qu'une attaque DDoS?

  • Réponse 1 : Un logiciel espion qui enregistre ce qu’écrit un utilisateur
  • Réponse 2 : Un procédé visant à perturber l’accès à un site ou une application
  • Réponse 3 : Un virus informatique qui chiffre l’OS de votre ordinateur en échange d’une rançon
  • Réponse 4 : Une attaque Informatique visant à détermine votre mot de passe en testant un grand nombre de possibilité

Laïus explicatif : Une attaque DDoS ou « Distributed Denial of Service » est une attaque visant à rendre indisponible un site en le submergeant de requêtes provenant de multiples sources. Dans le cas où toutes les requêtes proviennent de la même source, on parle simplement d’attaque DoS (« Denial of Service »), ou « par déni de service ».

Jour 1 : Qu'est-ce que DORA?

  • Réponse 1 : Une jeune exploratrice bilingue
  • Réponse 2 : Un protocole de communication décrit dans le RFC 9364
  • Réponse 3 : Une organisation internationale de régulation de la cybersécurité
  • Réponse 4 : Un règlement qui s’applique aux entités financières et aux tiers prestataires de services informatiques

Laïus explicatif : DORA ou Digital Operational Resilience Act est un règlement européen publié en 2022 et en vigueur depuis janvier 2023. Le règlement traite de la résilience opérationnelle numérique du secteur financier. Il est applicable aux entités financières comme les banques, assurances, entreprises d’investissement, les établissements de paiement, etc. mais également aux tiers prestataires de services informatiques. Les entreprises concernées ont deux ans pour se mettre en conformité. Ils devront donc l’être en 2025 !

Le pilier relatif à la gestion des risques liés aux prestataires tiers de services TIC apparait comme l’un des plus difficile à mettre en place et à maintenir dans le temps pour les entreprises concernées. En quelques mots, les entreprises devront considérer ces risques comme faisant partie intégrante du risque lié aux technologies de l’information et de la communication (TIC) et notamment le risque de concentration, au niveau de l’entreprise mais également au niveau de l’ensemble du secteur financier européen. En effet, les autorités devront analyser ce risque en analysant les registres tenus et communiqués par les entreprises concernées par DORA et qui recense notamment la liste des tiers prestataires de services TIC avec lesquelles les entités financières conclues des contrats.

Pour plus d’informations, consultez notre avis d’expert sur le sujet : https://almond.eu/cybersecurity-insights/explorons-dora/